divorce

La médiation familiale

LA MEDIATION FAMILIALE
Une manière de s’entendre



POURQUOI LA MEDIATION FAMILIALE ?

Si la séparation est un évènement qui s’est banalisé, elle reste vécue comme un vrai drame personnel.
Il faut bien sûr en régler les conséquences juridiques mais cela ne suffit pas toujours pour sortir du conflit : il faut aussi régler la séparation au niveau parental, social, économique, émotionnel…

La médiation familiale permet d’accompagner les parents et conjoints en conflit pour leur permettre de trouver des accords à un moment de leur vie où tout dialogue devient une épreuve parfois insurmontable.

Malgré le conflit, les personnes sont liées entre elles par les enfants, les familles, les amis, les collègues, les clients. Elles possèdent parfois des biens en commun : maison, entreprise, activité commune. Le risque est alors de s’affronter sur toutes ces questions. Mais il y a d’autres biens en commun, inestimables, que sont les valeurs, les cultures, les savoirs…. à préserver et à transmettre.

Pouvoir se rencontrer, comme le propose la médiation familiale, permet de prendre du recul par rapport aux problèmes qui se posent. C’est un temps où chacun peut parler et être entendu. Ce travail d’écoute permet de reprendre confiance pour chercher des solutions en se donnant les moyens de se prendre en charge.

La médiation familiale a pour objectif d’accompagner les familles à élaborer ensemble des solutions sur mesure au-delà de la séparation et à poser les bases d’une communication nouvelle.

QUELLES SONT LES EXIGENCES DE LA MEDIATION FAMILIALE ?

La médiation familiale repose sur le principe de la libre adhésion.

Elle offre un temps et un espace pour :
• mieux comprendre la situation
• (r)établir une communication
• identifier les besoins de chacun et les différences éventuelles de valeurs
• élaborer des solutions

Elle demande :
• d’accepter de se rencontrer
• d’arrêter les hostilités
• de travailler dans l’écoute, la transparence et le respect de l’autre

Chacun s’engage à mettre en œuvre sa bonne foi en reconnaissant que la responsabilité de parvenir à des accords lui appartient.

DE QUOI PARLE-T-ON EN MEDIATION ?

La séparation ou le divorce consacre une rupture dans la communication.

Il faut pourtant parler du temps d’accueil des enfants chez chacun, du choix de l’école, de la santé, de la religion, de la recomposition de la famille, des liens avec les grands-parents ...

On a parfois à se mettre d’accord sur le partage de la maison et des autres biens communs.

Les questions financières sont sources d’angoisse et génératrices de tensions. Que va-t-on devenir après la séparation ? Comment se répartir les dépenses des enfants ? Comment boucler son budget ?

La médiation offre un cadre rassurant pour aborder ces questions et trouver des solutions équitables.

COMMENT SE DEROULE LA MEDIATION ?

La démarche de médiation familiale peut être entreprise à tout moment, spontanément, sur les conseils d’amis, d’un médecin, de son avocat… et au besoin intervenir au cours d’une procédure. Le juge peut également proposer une telle démarche ou enjoindre les personnes à un entretien d’information sur la médiation.

Un premier entretien d’information, individuel ou ensemble, permet de vérifier si l’indication de médiation est adaptée et de présenter le déroulement de la médiation.

Ensuite, les entretiens se déroulent sur une période de quelques semaines à quelques mois, au rythme habituel d’un entretien tous les quinze jours. Chaque entretien dure environ une heure trente. Le nombre d’entretiens est variable en fonction des attentes, entre 3 et 8 séances. C’est un accompagnement ponctuel.

Les entretiens sont payants, chacun réglant sa part selon un barème progressif en fonction de ses ressources.

Le cadre de la médiation est confidentiel et se situe en dehors de la procédure judiciaire, même si elle est conseillée par le magistrat. En cas de décision judiciaire, le médiateur ne fait aucun rapport au magistrat mais s’engage uniquement à l’informer de la mise en place ou non de la médiation, du nom du médiateur et de son résultat (signature ou non d’accords).

Les personnes, si elles le désirent, peuvent faire homologuer leurs accords par le juge en cas de protocole écrit. Elles se chargent elles-mêmes de l’homologation.


QUELS RESULTATS EN ATTENDRE ?

La médiation est d’abord une démarche, un état d’esprit, un choix des parents pour permettre un autre chemin que celui de la confrontation, arriver petit à petit à se décentrer du conflit pour s’intéresser ensemble aux enfants.

Dans ce contexte, quels sont les critères d’évaluation : le rétablissement d’un dialogue ou l’évolution du ressenti des couples sur leur séparation ?
Ils sont par définition différents d’une situation à l’autre, d’une famille à l’autre…
Ils portent sur l’apaisement, le rétablissement de la communication ou la conclusion d’accords. Ils dépendent de la période à laquelle les personnes s’orientent vers la médiation : le plus en amont possible pour permettre un réel travail de prévention.

QUI EST LE MEDIATEUR FAMILIAL ?

Le médiateur familial est un professionnel qualifié, titulaire du diplôme d’Etat, ayant suivi sur deux années, une formation articulée autour de la sociologie de la famille, de l’économie, du droit de la famille, de la communication et de la psychologie.

Son rôle est d’aider au rétablissement d’un dialogue indispensable pour faciliter la recherche d’accords et pour permettre à chacun de se dégager du conflit. Il amène ainsi les membres d’une famille à déterminer eux-mêmes les solutions aux différends qui les opposent.

Il est soumis au respect d’un code de déontologie, dans ce cadre il s’oblige à une analyse de sa pratique. Il s’appuie sur des principes fondamentaux de respect, d’impartialité et de confidentialité qui garantissent aux personnes qu’elles resteront seules détentrices de leur histoire.

QUI SONT LES ORGANISATIONS REPRESENTATIVES ?

L’Association Pour la Médiation Familiale (APMF)
Créée en 1988, elle regroupe principalement des médiateurs familiaux. Elle a pour objet de réfléchir et de promouvoir la déontologie, la formation des médiateurs familiaux et de favoriser la recherche et les échanges. Elle a créé depuis six ans un collège des médiateurs, garantissant la formation et l’engagement déontologique de ses membres.

La Fédération Nationale des services de médiation familiale (FENAMEF)

Créée en 1991, elle regroupe uniquement des services de médiation familiale. Son objet est de promouvoir la reconnaissance des conditions d’exercice des médiateurs familiaux.


Article rédigé avec le précieux concours de :
Madame Dominique FOCH
Médiatrice Familiale
Cabinet ACCALMIE